Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Salon de Munich 2019
#51
et là tu fais quoi Lawrence? Angry
Répondre
#52
Inutile.
Klipsch la Scala avec plein de bonnes choses autour!
Répondre
#53
(08-13-2019, 11:30 AM)Joël C. a écrit :
(08-13-2019, 11:11 AM)Rey51 a écrit :
(08-13-2019, 10:06 AM)Musicalbox a écrit : Le cheminement dans un appareil. 
Rien que cela l’influence est conséquente.

Par où on entre et on sort d’une carte,
ce simple point fait déjà la différence alors qu’a la mesure il n’y en a aucune,
l’implantation.

La cohérence de scène y est très sensible. Notamment.
Un truc m'échappe dans le raisonnement :
Sur une électronique seule on peut brancher un oscillo, faire des mesures.
Mais apparemment, aucune mesure n'est reliée à la cohérence de scène.
Pour vérifier, à l'oreille, cette cohérence il faut écouter la musique au travers d'un système sur des enceintes dans une pièce.
c'est donc la cohérence d'un système que l'on entend.


Où se trouve mon erreur ?

J’ai parlé de cohérence et on rebondit sur la cohérence de scène. Sans doute l’art de la mise en scène...
En ce qui concerne la cohérence de scène, j’entends la qualité de l’image stéréo, elle est bien sûr influencée par tous les composants du système y compris le DAC, dont la qualité de la séparation des canaux, la distorsion harmonique, la réponse dynamique, le niveau de bruit, impacteront le niveau de profondeur et même de taille de l’image dans certains cas.
Je n’ai jamais dit le contraire.
Alors merci de ne pas tourner en dérision mes propos.
Je parle bien sûr à Nathalie.
Après si on veut aller plus loin sur la «cohérence de scène », on travaillera le positionnement de ses enceintes, l’acoustique du local, ça amène déjà l’essentiel du résultat sans passer par le génie du concepteur éclairé à la triode ou au bec de gaz...

Rolleyes

Joël désolée si au même mot j’ai affecté une autre destination. Mea culpa. 

Cohérence entre les éléments cela va sans dire. 

Cohérence de scène, ce n’est pas de l’image que je parle. 
Mais de tout ce qui constitue l’espace sonore reconstitué. 

Le travail de mixage est considérable. 
Enfin vu de ma lucarne le travail de captation et la restructuration ensuite par le mixage, j’en suis impressionnée . 

Tous les bons matériels aujourd’hui (progrès...) savent ressortir les éléments. 
Tous mettent de l’espace entre les plans, disposent le tout en éventail  propre.
Mais ça c’est juste de la démonstration, au sens premier du terme. 

Ensuite il y a la catégorie au-dessus qui donne un sens à cette espace scénique. 
Qui ne donne pas l’impression d’un catalogue, ni du moindre décousu. 

Et plus encore, qui rend ces espaces entre les instruments palpables, partie intégrante de la liaison entre les pupitres, les plans, les instruments....
C’est difficile à expliquer car les mots sont plus forcés que les sensations. 

Cohérence de scène, ce n’est pas simplement pouvoir situer chaque instrument à sa place. 

Et là il y a des subtilités chez certains fabricants qu’on ne trouve pas chez d’autres. 
Même sur la même base. 
Un choix de composant, un choix d’implantation, et le résultat change.  

Et cela la meilleure puce du moment n’y fait rien. 

Il y a eu du progrès, dans la conversion dans quelle  mesure je ne sais pas, dans les composants on le sait, mais le choix des composants lui reste toujours autant qu’il y a 25 ans à l’appréciation du constructeur. 
De même que le choix de l’implantation, du montage. 
Là, le progrès ne fait rien. 

Je ne fais pas l’apologie de l’ancien. 
Je dis juste qu’il faut rester mesuré avant de sauter au plafond à chaque nouvelle nouveauté . 
Si on peut éviter l’exces d’un sens et de l’autre, on est plus près de la réalité . 

Mais bon ce n’est pas une question de vie ou de mort.
Système :
- Spendor SP100r2.
- PC, preampli, amplis :  OWL. 
- DAC Sonic Frontiers sfd1 
- Interface Armature Hecate.
- Câbles et multiprise ligne WhyNot Opus18 et CODE 224.
- Correction Mathaudio.
Répondre
#54
Bon je crois voir où tu veux en venir même si effectivement les mots n'aident pas (mais ils ont leur importance pour un forum car sur son écran on ne voit pas grand chose d'autre, donc un petit effort rédactionnel de temps à autres...).
Tu fais référence à un côté organique et tridimensionnel qui fait que les pupitres paraissent moins superposés dans l'espace mais plus incarnés ?
C'est à mettre à mon avis au crédit de l'étage tube de ton DAC. Effectivement, SF a toujours su bien faire ça. C'est plus holographique, doux et semblant naturel avec un sentiment de continuité dans l'espace.
C'est pour la même raison que j'adore les bons préamplis à tube qui sont capable de recréer cette sensation là.
Mais il y a d'autres voies pour y arriver également. Mes amplis SPEC en classe D arrivent à restituer cette effet là, avec un peu moins de fluidité mais c'est à peine perceptible.
Un ensemble Bel canto Black le fait encore mieux avec encore plus de neutralité et surtout plus de résolution mais pour un prix sans commune mesure.
Un Lampizator Pacific ou Golden Gate fait aussi quelque chose d'approchant.

Le problème en revanche du DAC SF, c'est que la coloration qui en ressort change en fonction des tubes employés, mais c'est très plaisant et très agréable je le reconnais, et on peut trouver sans doute un compromis avec le choix des tubes (ou une certaine forme de neutralité).

je ne suis pas sûr néanmoins que le génie du concepteur soit si prépondérant dans cette affaire, ni son art en la matière (même si la maitrise des schémas d'amplification ou préamplification à tube est très certainement en rapport avec l'expérience, et le fruit d'une démarche empirique et de subtils petits détails de mise au point qui peuvent sans doute faire penser à l'artisanat).
Et très sincèrement, lorsque j'écris que je comprends qu'on puisse éprouver du plaisir à l'écoute d'un DAC vintage, ce n'est pas condescendant, je le pense vraiment sans aucune forme d'hypocrisie.
Les personnes qui me connaissent savent que je suis très cash et que je n'embête pas avec ces petits jeux là, même si c'est très certainement facile de s'y adonner par claviers interposés.
Dernier point, et non le moindre : il y a beaucoup de façons d'arriver à un même résultat dans cet exercice combinatoire qu'est la constitution d'un système haute fidélité.
Lorsqu'on dit qu'on est vraiment scotché à l'écoute d'un vieux DAC, je ne vois pas pourquoi cela ne serait pas sincère ni vrai.
Mais cela ne justifie en aucun cas de faire de cet exemple et des ressentis qui en découlent de grandes théories qui n'ont pas lieu d'être puisque tout ne dépend pas d'un seul et même maillon et qu'il est possible d'arriver pour un même maillon à des résultats assez identiques avec des schémas très différents.
Bref, partageons ici des expériences (c'est ce qui fait la richesse de ce forum) et n'essayons donc pas d'imposer aux autres notre ressenti comme vérité ultime. Cela n'amène que heurts et incivilités, chose finalement peu propice au partage d'expérience.

Fin de la discussion sur ce sujet en ce qui me concerne. Shy
Répondre
#55
AH !! Smile

Alors là je n’y changerai quasi pas un mot.
Je suis d’accord sur tout.

« Continuité dans l’espace«  ! C’est ça ! Merci je n’avais pas réussi à le formuler.

Franchement depuis le début je me dis qu’on a forcément des points de vue communs, et quand je crois m’être trompée je suis déçue.
De cash à cash.

Je n’aime pas trop jouer avec les tubes. Parce que c’est un peu sans fin.
Le point capital pour moi c’est qu’ils ne fassent pas de bruit. Ça c’est incontournable.
Après tant que c’est droit rapide et transparent ça me va.
Là j’ai hérité de Mullard made in England, il est possible que cela ajoute quelque chose, je n’en sais rien, mais s’il y avait eu une coloration choquante j’aurais mis autre chose.

Encore une fois je ne fais pas l’apologie exclusive des vieux matériels.
(Et tout ce qui est vieux n’est pas excellent ...)
Et l’exces est dans le systématisme , d’un sens comme de l’autre.

Simplement pour 1000€ d’investissement je découvre avec plaisir.

Et si on me prête des machines actuelles j’en ferai de même.
Système :
- Spendor SP100r2.
- PC, preampli, amplis :  OWL. 
- DAC Sonic Frontiers sfd1 
- Interface Armature Hecate.
- Câbles et multiprise ligne WhyNot Opus18 et CODE 224.
- Correction Mathaudio.
Répondre
#56
Les puces sont un réel progrès,  performances,  compacité,  musicalité , prix , garantie de la constance des résultats , il faut écouter de simples baladeurs ... !

Pour autant , dans les salons actuels , et malgré l'arrivée de ces puces , je n'ai jamais retrouvés ( quoique , à 2 reprises , mais pour des prix stratosphériques ) le même ressenti qu'il y a ~ 30 ans d'un systeme d'un coût ~ 20 k€ .

Pour parvenir à ce résultat , pas droit à l'erreur , il aura fallu que tout soit parfait , mise en oeuvre comprise .
L'hallucination était stupéfiante,  j'ai perçu la chanteuse juste devant moi , et cru qu'elle allait s' assoir sur mes genoux , réellement.

le machin qui officiait , c'était un dac Audio Alchemy,
Pour que le resultat soit aussi sublime , il fallait aussi que ce dac le soit ,
Je serai curieux d'en écouter un ...
EAR Acute - Cayin 17 A - Almarro A318B - Okodio Antares / Sorpio - Atohm GT1 - Meze 99 C. - Grado sr 325 
CS Twl , Synerg. R. Tung., Audioprana, Why Not Speaker one, Apogée - Shok abs. 

Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Munich High End 2018 Joël C. 44 10,831 05-26-2018, 11:14 AM
Dernier message: Joël C.

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)