Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Ampli pure classe A versus ampli à tubes
#51
Alors Momo , c'est bon cette fois ?
Parce que 3 ans et 1.000.000.000 de fois , ça fait un peu shadock .
comme quoi la rage aveugle !
aller , fin aux ressentiments , 
Et meilleurs voeux , bourricot . Cool
EAR Acute - Cayin 17 A - Almarro A318B - Okodio Antares / Sorpio - Atohm GT1 - Meze 99 C. - Grado sr 325 
CS Twl , Synerg. R. Tung., Audioprana, Apogée - Shok abs. 

Répondre
#52
(01-13-2019, 03:26 PM)lamouette a écrit :
(01-13-2019, 01:08 PM)Vincent. a écrit : Jusque-là, j'avais toujours fait l'association classe A = SE.
Suite à vos lectures, le doute s'est immiscé et j'ai cherché, et trouvé cette lecture (j'ai laissé les équations de côté) : https://www.chireux.fr/mp/cours/electronique/Chap2.pdf
Intéressant.

là ils disent qu'il n'y a qu'un transistor en sortie en classe A alors qu'on peut faire un montage symétrique avec deux transistors en sortie, on peut aussi mettre des transistors en paralléle , des montages darlington etc.

Encore un (le lien du site "chireux") qui confond les caractéristiques des "classes" (sujet dans l'air du temps Big Grin ), et celles des montages, SE, PP, etc... Comme quoi, cette erreur semble très répandue !  Big Grin
Source : NAS SYNOLOGY DS213J / DigiOne Player
Dac : Audio-gd 19 "Singularity" (R2R)
Amplification : MARANTZ M-CR510 ou Kora Design 30
Enceintes : Diapason Karis II & Acoustic Energy 1 & Gaia Minor
Secteur : Barrette SUPRA MD06 + Câbles TWL
Répondre
#53
Bon je vais tenter une explication claire sans aucun schéma... Parce que sur les schémas présentés plus avant, il y a en plus confusion entre classe AB et écrêtage...

Globalement, pour faire un étage de sortie d'ampli il y a deux méthodes : Single ended (SE) ou push-pull (PP). On oublie les transistors en parallèle pour cette config ou l'autre pour pas s'encombrer de considération inutile.
- SE : un seul transistor
- PP : deux transistors.
Ça c'est la topologie.

Regardons maintenant la classe de fonctionnement :
- Classe A : tous les transistors de l'étage de sortie sont passant quel que soit le signal (dans le domaine d'utilisation bien-sûr !)
- Classe B : un seul transistor de l'étage de sortie est passant à un instant donné. Si l'un est passant, l'autre est bloqué
- Classe AB : les deux transistors sont passants à un moment donné, et à un autre moment un des deux transistors est bloqué.

Vous remarquerez que quand on parle de classe B ou AB on a toujours à un moment donné un transistor qui se bloque alors qu'on est dans la plage de fonctionnement normal de l'ampli. Ce qui sous-entend qu'il y a un autre transistor pour faire le boulot. Donc en classe B ou AB il y a forcément deux transistors. Autrement dit :
- un SE ne peut pas fonctionner en classe B ou un classe AB car il n'y a qu'un seul transistor, on ne pourrait donc pas avoir un transistor bloqué et un autre passant en même temps : donc fonctionnement en classe A par construction...
- un PP a deux transistors : il peut donc (en fonction de la conception) fonctionner en classe A, en classe B ou en classe AB.

Il y a deux manières de faire un push-pull :
- avec un point commun entre les deux branches du PP, la charge branchée entre ce point et la masse. C'est ce qu'on trouve dans beaucoup d'ampli PP à transistors (mais pas tous ), les amplis à tube OTL. Tel quel présenté habituellement sur un schéma on voit une symétrie verticale...
- sans point commun entre les deux branches du PP, la charge étant branchée entre la sortie de chaque branche, de manière direct ampli à transistor avec étage de sortie en pont...) ou au travers d'un transformateur (Ampli à tube PP, ampli à transistor et transformateur)
Pour toutes ces topologies d'étage de sortie, on peut les concevoir pour fonctionner en en A, B, et AB mais aussi en classe D ou d'autres encore...

Souvent, le mode de fonctionnement d'un PP est lié à la quantité de courant "fixe" qui passe dans le PP au repos (pas de signal audio). Mais on peut aussi définir un courant non fixe, dit adaptatif selon diverses "fonctions de transfert". Là, on obtient des technologies hybrides connues sous diverses appellations : classe A glissante, Super classe A, classe A quadratique, et bien d'autres.

En espérant avoir été simple dans mes explications.
Répondre
#54
(01-13-2019, 03:10 PM)audyart a écrit :
(01-13-2019, 01:08 PM)Vincent. a écrit : Jusque-là, j'avais toujours fait l'association classe A = SE.

Oubliant les trucs inclassables ou bizaroïdes:
SE ou PSE = classe A
PP: généralement classe AB avec diverses proportions entre A et B
jusqu'au pur classe A ( Accuphase, Gryphon, Krell,... en diy, les Hiraga, certains Kaneda ect )

Et voilà, tout est (fort bien) résumé !  Cool
Source : NAS SYNOLOGY DS213J / DigiOne Player
Dac : Audio-gd 19 "Singularity" (R2R)
Amplification : MARANTZ M-CR510 ou Kora Design 30
Enceintes : Diapason Karis II & Acoustic Energy 1 & Gaia Minor
Secteur : Barrette SUPRA MD06 + Câbles TWL
Répondre
#55
Bravo. Très bien expliqué.
Par contre il me semble que pour un ampli fonctionnant en permutabilité manuelle de classe A ou AB, lorsque il est fonctionne en classe A ( réglage manuel ) le passer en AB ne change rien tant qu' il est sous alimentation. 

Je m' explique :
J' ai positionné par habitude  le bouton sur " high bias ". Classe A.
A la moitié de la puissance il passe automatiquement en AB. Mais ça on le sait tous.
Or, si je le mets manuellement en AB sous la moitié de la puissance, aucune différence audible.
Par contre la différence s' effectue lorsque je permute et que l' ampli est hors tension.

( En AB sous la moitié de la puissance il manque du gain. Pas en classe A )

Sous tension il ne se passe rien, il reste sur sa classe de puissance. 
D' où ma question : pourquoi hors tension ce changement  ?
A moins que je me trompe.
Amicalement vôtre.
Répondre
#56
(01-14-2019, 02:07 PM)Jacques92 a écrit : Bon je vais tenter une explication claire sans aucun schéma... Parce que sur les schémas présentés plus avant, il y a en plus confusion entre classe AB et écrêtage...

Globalement, pour faire un étage de sortie d'ampli il y a deux méthodes : Single ended (SE) ou push-pull (PP). On oublie les transistors en parallèle pour cette config ou l'autre pour pas s'encombrer de considération inutile.
- SE : un seul transistor
- PP : deux transistors.
Ça c'est la topologie.

Regardons maintenant la classe de fonctionnement :
- Classe A : tous les transistors de l'étage de sortie sont passant quel que soit le signal (dans le domaine d'utilisation bien-sûr !)
- Classe B : un seul transistor de l'étage de sortie est passant à un instant donné. Si l'un est passant, l'autre est bloqué
- Classe AB : les deux transistors sont passants à un moment donné, et à un autre moment un des deux transistors est bloqué.

Vous remarquerez que quand on parle de classe B ou AB on a toujours à un moment donné un transistor qui se bloque alors qu'on est dans la plage de fonctionnement normal de l'ampli. Ce qui sous-entend qu'il y a un autre transistor pour faire le boulot. Donc en classe B ou AB il y a forcément deux transistors. Autrement dit :
- un SE ne peut pas fonctionner en classe B ou un classe AB car il n'y a qu'un seul transistor, on ne pourrait donc pas avoir un transistor bloqué et un autre passant en même temps : donc fonctionnement en classe A par construction...
- un PP a deux transistors : il peut donc (en fonction de la conception) fonctionner en classe A, en classe B ou en classe AB.

Il y a deux manières de faire un push-pull :
- avec un point commun entre les deux branches du PP, la charge branchée entre ce point et la masse. C'est ce qu'on trouve dans beaucoup d'ampli PP à transistors (mais pas tous). Tel quel présenté habituellement sur un schéma on voit une symétrie verticale...
- sans point commun entre les deux branches du PP, la charge étant branchée entre la sortie de chaque branche, de manière direct (ampli à tube OTL, ampli à transistor avec étage de sortie en pont...) ou au travers d'un transformateur (Ampli à tube PP)
Pour toutes ces topologies d'étage de sortie, on peut les concevoir pour fonctionner en en A, B, et AB mais aussi en classe D ou d'autres encore...

Souvent, le mode de fonctionnement d'un PP est lié à la quantité de courant "fixe" qui passe dans le PP au repos (pas de signal audio). Mais on peut aussi définir un courant non fixe, dit adaptatif selon diverses "fonctions de transfert". Là, on obtient des technologies hybrides connues sous diverses appellations : classe A glissante, Super classe A, classe A quadratique, et bien d'autres.

En espérant avoir été simple dans mes explications.
Merci Jacques, super clair.
Streamer SP3/1 > Audiomat Tempo 2.7 > Pioneer SX-890 > PEL AT1
Streamer Rhapsody > Audiomat Maestro 2 > Clone Krell KSA-5 > Halgorythme 300B-XLS > PEL Kantor S2 (plus d'infos ici...)
Répondre
#57
Parfait, rien à ajouter, ni à redire, fin de la discussion en ce qui me concerne, merci !  Cool
Michel
Source : NAS SYNOLOGY DS213J / DigiOne Player
Dac : Audio-gd 19 "Singularity" (R2R)
Amplification : MARANTZ M-CR510 ou Kora Design 30
Enceintes : Diapason Karis II & Acoustic Energy 1 & Gaia Minor
Secteur : Barrette SUPRA MD06 + Câbles TWL
Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
Wink Tweak ampli Marantz PM 5005 Vicaire 27 1,328 12-16-2018, 11:59 AM
Dernier message: Vicaire
  Amélioration d'ampli par Hifi Câbles Vicaire 2 334 12-15-2018, 03:36 PM
Dernier message: Vicaire
  Perte d'une voie sur un ampli Sony F530ES Koopa 12 1,086 11-03-2018, 10:37 PM
Dernier message: Koopa
  Projet ampli Matthewz 21 1,566 10-01-2018, 05:06 PM
Dernier message: Jean-Paul
  Condenstaeur ampli Continental Edison. loicc 23 9,384 09-14-2018, 12:02 AM
Dernier message: loicc

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)